Bâti Nature, la SCOP de l'éco-constuction

Le point de départ : Il y a 15 ans, Mathieu Junique, alors âgé d’une vingtaine d’années et maçon, se prend d’intérêt pour l’éco-construction. Il fait donc une formation sur la construction en paille, alors rare, puis plusieurs stages. Il lance son entreprise dans le domaine en 2006 et au bout d’un an, en 2007, il rencontre Maël Steck, charpentier, avec qui il s’associe en 2010. Ils développent alors la préfabrication, installés en Ardèche. Leur entreprise, une SAS, prend progressivement de l’ampleur. En 2014, Bâti Nature comptait deux associés et 10 salariés. Ils changent quatre fois de lieu, jusqu’à leur atelier actuel à Chatuzange-le-Goubet (26). Leur processus est assez industrialisé, et ils réalisent la préfabrication, l’assemblage et le stockage dans leur vaste atelier. Bâti Nature se constitue en SCOP en novembre 2018. Il s’agit d’une des plus grandes structures en éco-construction de Rhône-Alpes avec une quinzaine de coopérant.es.
Les ustensiles : 1. Méthode appliquée

Initialement SAS, la volonté des associés a été de transmettre l’entreprise et d’y impliquer les salarié.es, ce qui a abouti il y a trois ans à la constitution en SAS-SCOP. Cela a conforté le fonctionnement déjà assez coopératif. Pour le passage en SCOP, les salariés ont racheté l’entreprise à l’aide d’un emprunt. Ils ont également bénéficié d’un financement Initactive, issu du réseau France Active. Pour les accompagner dans leurs démarches, l’URSCOP leur a permis d’être suivis par un conseiller, les orientant sur le prix de vente en prenant en considération les envies de chacun.e. Une formation pour les nouvelles et nouveaux coopérant.es est réalisée par une conseillère de l’URSCOP.
Mathieu, associé dans la SCOP, a un investissement désormais limité dans la structure, car il est mobilisé sur d’autres projets personnels. Maël est quant à lui président. Sur les 15 salarié.es, 10 sont associé.es et l’objectif est que tou.te.s le deviennent.

2. Étapes clés :
- Création en 2006, association officielle avec Maël Steck en 2010
- Début du principe de préfabrication à partir de 2008, trois maisons construites cette même année
- Installation dans le premier atelier, permettant de travailler sereinement et au sec
- L’arrivée dans l’atelier actuel en 2015, offrant un grand confort de travail
- Le passage en SCOP en novembre 2018, garantissant un égal investissement de chacun.e

3. Moyens financiers et humains
Bâti Nature a eu des aides pour l’achat de matériel via la CARSAT, ainsi qu’une subvention pour acquérir un chariot élévateur, ce qui est essentiel.
Ils sont 15 salarié.es dont 10 coopérant.es. Dans l’équipe, il y a 4 femmes dont 3 sur les chantiers, ce qui est très rare. Elles et ils y sont très attaché.es, dans la mesure où cela apporte une autre approche du chantier, et cela constitue un modèle dans ce milieu souvent réservé aux hommes.
Astuces du chef : 1. Éléments facilitateurs
Le contact proche et humain avec leurs clients, que les deux gérants de Bâti Nature ont toujours mis un point d’honneur à développer, est très favorable à l’image de l’entreprise. Les retours des clients sont d’ailleurs globalement très positifs.
Le point fort de Bâti Nature est une perpétuelle évolution dans ses techniques, qui vient de ses pratiques lors des chantiers. Depuis 6 ans, différentes générations de murs en ossature bois ont été inventées, et continuent de l’être. Leurs recherches actuelles découlent du marché actuel et de l’envolée du prix du bois, en tendant vers une certaine frugalité. Leur future génération de murs sera ainsi moins gourmande en matériaux.

2. Points de vigilance
La dimension collective et coopérative ajoute bien sûr des enjeux de communication. Quand un.e salarié.e semble décrocher, elles et ils instaurent le dialogue afin de désamorcer d’éventuels ressentis. La taille de Bâti Nature est donc à la fois une force et un enjeu de structuration.
Concernant les choix techniques, comme leur processus est quasiment industrialisé, ils doivent faire attention au détail lors de différents points de contrôle. Ils disposent donc d’un bureau d’études interne qui se doit d’être pointilleux en amont. En aval, c’est le contrôleur des travaux qui supervise la pose.
Les réussites de la recette : Selon un coopérant, Simon, leur plus grande réussite est la constitution de l’équipe actuelle.
Le passage à des commandes publiques a été également pour elles et eux le moyen d’avoir une grande visibilité.
Pour satisfaire leur credo qui est d’être une entreprise qui construit des maisons les plus écologiques possible et accessibles au plus grand nombre, Bâti Nature cible aussi des clients qui ont des ressources, afin de pouvoir mener des chantiers parfois moins lucratifs. Les projets d’habitat groupé notamment, dont ils tirent parfois les prix vers le bas, ont été parmi leurs plus belles expériences.
Thématique de la recette : Formation professionnelle et Emploi, Logement, Intelligence collective
Levier méthodologique utilisé : Faciliter l'accueil des jeunes adultes, Accompagner et former les jeunes, Faire découvrir le territoire et les métiers, Développer l'attractivité du territoire, Mettre en forme l'information et communication, Mettre en réseau et coordonner les acteurs, Mobiliser des outils financiers
Fiche rédigée par : CIPRA France
Personne contact : Simon Borel
Organisation : Bâti Nature
Mail : france@cipra.org
Téléphone : 04 76 38 66 41
Pour en savoir plus sur la recette : https://www.bati-nature.fr/
Ville concernée : Chatuzange-le-Goubet