"Chez Jeanne", un café-épicerie collectivement réinventé

Le point de départ : En juillet 2016, au départ des précédents tenanciers du seul commerce du village, le maire Joël Cavret alarmé lance un appel à candidatures pour reprendre « Chez Jeanne ». Depuis plus de 20 ans, Patrice et Jacqueline géraient le café épicerie qui, en plus de fournir tout le nécessaire, était un vrai pôle de lien social dans ce village de 700 habitants. La perspective de voir le village « s’endormir » n’était pas supportable pour le maire. Quelle ne fut pas sa surprise de découvrir le projet porté par neuf personnes de divers horizons. Une Société Coopérative d’Intérêt Collectif qui convainc les anciens gérants et finalement le conseil municipal. Désignés comme repreneurs en août, ils réouvrent à l’automne. Ils étoffent les services et proposent des partenariats avec des producteurs locaux. « Chez Jeanne » est désormais aussi restaurant et lieu d’animations, qui invente un autre rapport au travail pour ses gérants, à la consommation et à la société.
Les ustensiles : 1. Méthode appliquée

Un geste politique fort de la part du maire de Saint-Martin-de-la-Cluze est à l’origine de la reprise de seul commerce du village. La commune dépose l’annonce sur de multiples plateformes afin de trouver rapidement repreneur. Neuf jeunes, dont trois couples habitaient déjà en colocation dans une bâtisse du village, en faisant la navette pour leurs emplois respectifs à Grenoble principalement, proposent une réponse à l’appel. Ils comptent ainsi amorcer un changement dans leurs vies en s’ancrant fortement dans le territoire, au plus proche de leurs valeurs. Après des présentations convaincantes de leur projet et des désistements d’autres concurrents face à l’ampleur de la tâche, ils sont choisis. Ils se constituent en SCIC. Le maire met aussi la main à la pâte en réparant le circuit électrique du bâtiment, et le café épicerie ouvre quelques mois après. Depuis, ils n’ont eu de cesse de s’ouvrir à des producteurs locaux et biologiques, tout en maintenant les produits « classiques » de première nécessité. Ils ont constitué une association depuis 2018, dans laquelle les habitants s’impliquent, visant à organiser tous les événements, qui sont variés et nombreux, allant du concert aux après-midi de jeux pour les enfants.

2. Étapes clés :

- 31 juillet 2016 : les gérants du café partent à la retraite, la commune recherche des repreneurs.
- Août 2016 : le collectif de neuf jeunes habitants de Saint-Martin-de-la-Cluze est retenu.
- Mi-octobre 2016 : après s’être constitués en SCIC, ils réouvrent « Chez Jeanne ».
- Depuis, « Chez Jeanne » est devenu un lieu de vie central, qui draine une population très mélangée, de Saint-Martin-de-la-Cluze et d’ailleurs.


3. Moyens financiers et humains

Le soutien des commerces étant une ligne politique importante, la municipalité adaptera leur loyer à l'évolution du chiffre d'affaires de la société coopérative, assumant elle-même une partie des charges et des investissements.

Au démarrage, Manu et Gwenaëlle se sont dégagés de leurs activités professionnelles pour assurer la permanence à l’épicerie et au bar. Titia, qui cuisine pour le restaurant, est également salariée de la SCIC. La SCIC leur a versé leurs premiers salaires en janvier 2017. Les six autres sociétaires interviennent bénévolement, gèrent les stocks, l'informatisation de la boutique. Gwenaëlle a cédé son poste à l'épicerie à un autre du groupe quelques mois plus tard, pour débuter une activité de maraîchage avec un autre membre du groupe au printemps 2017, afin de fournir en direct l'épicerie.
Astuces du chef : 1. Éléments facilitateurs :

Le soutien de la commune et l’enthousiasme des habitants et anciens repreneurs a été un levier important à la reprise de « Chez Jeanne ». Le projet a d’ailleurs été largement médiatisé. Le modèle proposé par la coopérative, tranchant résolument avec le précédent, permet aussi de soulager les sociétaires en leur permettant de jongler, tout du moins au début, avec une autre activité professionnelle.
Le café épicerie a su réunir de nombreuses forces vives locales : l'ancien boulanger du village, Pascal, a remis pour l'occasion la main à la pâte et transmet ses secrets de cuisine. La société de chasse de Saint-Martin, le festival associatif Piano en Trièves, le club de rugby du canton, le club littéraire d'une commune voisine, l'association de loisir du troisième âge ont pris leurs quartiers au bar-restaurant et y tiennent leurs réunions.

2. Points de vigilance :

Une fois la surprise de la candidature passée et les quelques réticences face à ce groupe, trop nombreux pour les uns, trop « alternatif » pour les autres, il semble que tout le monde soit à leurs côtés. À eux désormais de trouver leur point d’équilibre, financier, professionnel et personnel.
Les réussites de la recette : L’association la Can(n)e de Jeanne a été créée en janvier 2018 dans le but de porter les événements culturels de la coopérative Chez Jeanne. Ces animations, ateliers parents-enfants, concerts, spectacles ou expositions sont accueillis au café ou proposés hors les murs. C’est le cas par exemple de certaines expositions, de cours de danse africaine et de soirées du 14 juillet, organisées en partenariat avec la commune de Saint-Martin-de-la-Cluze.
Thématique de la recette : Citoyenneté, Intelligence collective, Culture Sports & Loisirs, ESS, Lien rural / urbain
Levier méthodologique utilisé : Faciliter l'accueil des jeunes adultes, Favoriser l'implication des jeunes, Dynamiser des lieux de rencontre et d'échange, Développer l'attractivité du territoire, Mobiliser les élus et les habitants, Mettre en réseau et coordonner les acteurs
Fiche rédigée par : Inès Hubert
Personne contact : Delphine Ségalen
Organisation : CIPRA France
Mail : france@cipra.org
Téléphone : 0476428706
Ville concernée : Saint-Martin-de-la-Cluze