Cohabitation intergénérationnelle pour faciliter l'accueil des jeunes apprentis, étudiants, travailleurs...

cohabitationintergenerationnellepourfacilite_solidarite-habitat.jpg
Le point de départ : D’une part, certaines personnes sont confrontées à des difficultés particulières (financières, familiales, géographique...) d’accès au logement pour s’installer, travailler, suivre une formation, un apprentissage ou des études dans la Drôme. Et d’autre part, de nombreuses personnes (majoritairement âgées), vivent seules dans leur logement en ayant un sentiment de solitude et cherchant une alternative à la maison de retraite. Cette initiative est le fruit de l'expérimentation d’une cohabitation sur la Drôme en 2005, financée par la fondation de France et mis en place par Aider Initiatives.

Les objectifs initiaux :
- Améliorer les conditions d'accueil des étudiant(e)s, apprenti(e)s, travailleur(se)s, ...
- bâtir des passerelles entre les générations en favorisant le lien social
- constituer un comité de pilotage à l'échelle départementale réunissant
des acteurs de la gérontologie, l'hébergement...

Adapter en milieu rural et périurbain un concept qui nous vient d’Espagne. Dans une volonté de
solidarité, une personne,généralement âgée, propose une chambre, un studio en échange d’une aide occasionnelle, d’un savoir-faire ou d'une présence à des étudiant(e)s, stagiaires, apprenti(e)s,
travailleur(se)s. Dans une logique d’échange, un(e) habitant(e) ouvre sa demeure à une présence. Tout deux se partagent les tâches de la vie quotidienne selon les possibilités de chacun(e), afin de vivre une cohabitation harmonieuse.

Aujourd'hui, Solidarité Habitats recense l’offre et la demande par un accompagnement individuel, en tenant compte de l’environnement social, familial et professionnel. Puis organise la rencontre entre le demandeur et l’offreur quand leurs besoins semblent convergents, vers une relation appelée « binôme ». Ensuite l'association propose ensuite une formalisation de la cohabitation par la mise en place d’une charte, d’une convention, d’un code de cohabitation qui permet de définir les bases des échanges ainsi qu’un suivi régulier par des appels téléphoniques et des rencontres bilans.
Les ustensiles : Partenaires techniques
- Les Organismes de formation et le territoire de la vallée de d’accompagnement à l’emploi (mission locale, Greta, CFA, pôle emploi, CTEF...)
- Centre locaux de coordination gérontologique (CLIC)
- Les associations d’éducation populaire
- Les CCAS

Partenaires financiers:
Ministère de la Jeunesse
Conseil Général de la Drôme
Région Rhône Alpes

Autres projets comparables :
ESDES Lyon logement en partage
DIGI Grenoble
Coup de pouce-Chambéry (Un toit deux générations)
Astuces du chef : Difficultés rencontrées :
Même si en 2009, « cohabitons en Drôme » a permis de répondre à 45% de l’offre recensée par
notre action, il est parfois difficile de croiser l’offre et la demande pour certaines raisons :
- géographiques (pas de demande dans ce lieu ou territoire trop isolé...),
- de profils (préférence pour un homme, une femme, une personne jeune...)
- de disponibilités (personne étudiante, en alternance en CDD, retraitée...).

Facteurs de réussite :
La communication diverse et variée (plaquette, affiche, réunions publiques, articles de presse,
émissions de radio, ...) relayée par un certain nombre de partenaires locaux, a permis une bonne
identification et connaissance de notre action sue le territoire Drômois. 95% des rencontres entre
demandeur et offreur organisées par AIDER permettent de concrétiser une nouvelle cohabitation, d’où l’importance de la rencontre individuelle pour bien identifier la demande, l’environnement familial, social et économique...

Limites
Les rencontres individuelles et collectives sont indispensables pour que les cohabitations soient
harmonieuses. Mais elles nécessitent beaucoup de temps d’entretiens et de déplacements qui a terme ne peut être assurée seulement par Solidarités Habitat. C’est une action qui nécessite donc pour sa pérennisation, la mise en place de relais à l’échelle de la commune et/ou de l’intercommunalité.

Faire des rencontres
La solitude est toujours un moment difficile et ce, peut importe l'âge. Actuellement, les seniors ont la chance de faire des rencontres ou de retrouver l'amour grâce à Internet. En effet, comme le mentionne cette actualité récente , les applications et les sites de rencontres sont nombreux pour permettre aux célibataires seniors de tomber amoureux à nouveau.
Les réussites de la recette : Une évolution constante de la concrétisation des cohabitations depuis le démarrage : 2 en 2006, 12 en 2007, 20 en 2008 et 33 en 2009. C’est une action qui favorise une réponse adaptée, basée sur du lien et de la solidarité. Elle permet le recueil des besoins en hébergement dans leur diversité (étudiants, apprentis, salariés, saisonniers, nouveaux arrivants, stagiaires...) et les demandes exprimées (associations étudiantes, missions locales).

Les impacts :
L’ensemble des hébergeurs souhaitent avant tout participer à une action solidaire en mettant à disposition un espace meublé inutilisé (autrefois utilisé par un enfant, parent...) de façon temporaire. Les plus âgés pensent que le fait d’avoir une présence régulière permet de rendre un quotidien plus dynamique, moins monotone. Cela favorise aussi l’envie d’activités (culturelles, sociales, domestiques...). Offre et partenariat : un intérêt grandissant sur l’ensemble du département de la part des associations, des organismes, des services accueillant un public senior. Cela se traduit par une sollicitation pour de l’information, une orientation de leur public vers AIDER comme solution alternative au maintien à domicile, une reconnaissance de notre action au sein des réseaux de gérontologie... Le recueil de témoignages des hébergeurs/hébergés et de leur famille lors des bilans, montre que l’action a été appréciée, bénéfique. Certains hébergeurs seniors renouvellent l’expérience en accueillant à nouveau une personne. L'accompagnement que propose AIDER autant sur la prise de contact, la visite, l’organisation de la rencontre et le suivi leur semble indispensable et rassurant

Perspectives
- Multiplier les binômes, par l’élargissement du réseau d’hébergeurs sur l’ensemble du département. Identifier, repérer, les besoins en nombre, diversité de situations, contribuant ainsi au diagnostic de territoire. Développer l’outil comme une solution possible adaptée à des publics divers (jeunes, éloignés de l’emploi, en formation...)
- Associer les communes, les associations et structures au développement de l’action par l’organisation de rencontres thématiques, de réunions publiques. Et aussi par la mise en place d’un comité de pilotage et la création de points relais sur le département.
- Par ailleurs, le nombre croissant de demandes et d’offres, et la multiplication de la diversité des situations ont amené l’association à se rapprocher des autres associations de la Région Rhône Alpes afin de partager les expériences, dans le cadre d’une antenne Rhône Alpes du réseau national LIS (Logement Intergénérationnel Solidarités). Afin de mieux analyser les besoins pour adapter une réponse au plus juste, les 4 associations du réseau LISRA 1 se sont inscrites dans une expérimentation dans le cadre d’un appel à projet du Haut Commissariat à la Jeunesse.
- L’expérimentation s’accompagne d’une évaluation qui doit permettre une mesure approfondie des besoins des publics, des modalités d’accompagnement et des conditions de pérennisation.
Par ailleurs, la structuration d’un réseau régional renforce les possibilités de développement de l’hébergement intergénérationnel, ainsi que d’une plus grande reconnaissance auprès des services de l’État
Thématique de la recette : Logement
Levier méthodologique utilisé : Faciliter l'accueil des jeunes adultes
Fiche rédigée par : Association ADRETS
Personne contact : Monica Fioriello
Organisation : Solidarité Habitats
Mail : contact@solhab.eu
Téléphone : 04 75 55 34 42
Pour en savoir plus sur la recette : http://solidaritehabitats.eu/
Ville concernée : Eurre