Le Lieu

lelieu_le_lieu_anniversaire_du_lieu_crédits-_-faride-kedjam.jpg
Le point de départ : Animées par une passion commune, partager des mots dans des lieux publics et insolites, Cécile Le Meignen et Laura Dahan alors toutes jeunes comédiennes fondent en 2007 Les Fugaces18 , compagnie de théâtre dans l’espace public : « créer ce n’est pas s’enfermer, c’est se mettre dehors. Les espaces du quotidien sont notre terrain de jeu. » Après les premières années passées à Paris, – où elles participent à l’aventure de Curry Vavart –, font le choix à la trentaine de quitter l’espace urbain « saturé et concurrentiel » pour le sud des Yvelines. Elles souhaitent aussi explorer de nouvelles dynamiques de travail : « nous ne nous imaginions pas cantonnées sur un plateau au service d’une mise en scène. Nous voulions composer avec les gens. Tous les gens, artistes ou non artistes. »
Les ustensiles : Méthode appliquée :
→ Parcours professionnels :
• Appui du Parc naturel dans l’implantation de la compagnie Les Fugaces (liens avec les élus, aide financière)
• Professionnalisation de la coordinatrice du Lieu
• Accompagnement des services civiques par la coordinatrice
→ Parcours d’engagement
• Bénévolat sur les décisions et les actions du Lieu des jeunes adultes représentant la moitié du collectif Les Gens du Lieu (soit une vingtaine de personnes).
• Des jeunes impliqués dans le quotidien tout comme dans les décisions
→ Parcours culturels :
• Mise en place de « résidences média » pour faire émerger la parole des jeunes adultes
• Volet éducatif des résidences Étincelle en milieu scolaire visant l’autonomie des pratiques et sorties après le lycée.
• Participation des jeunes à des spectacles déambulatoires participatifs (Les Escapades)

Étapes clés :
• 2012 : La petite commune de Galluis – un peu plus d’un millier d’habitants – charge la compagnie d’organiser la Fête des Lumières. Les Fugaces proposent de travailler avec des amateurs, s’essayent à la mise en scène. C’est un succès et l’année suivante, la direction de la Fête du village leur est confiée.
• 2013 : Premiers contacts sont pris avec le Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse pour expérimenter des résidences itinérantes.
• 2014 : Le projet Escapade(s) voit le jour : entre 2014 et 2016, dans quatre villages voisins de la Communauté de Communes Coeur des Yvelines21 – Gambais, Galluis, Jouars-Pontchartrain et La Queue-lez-Yvelines – quatre spectacles orchestrés par Les Fugaces et la complicité de quatre autres compagnies invitées sont conçus par / avec les habitant.e.s.
• 2015 : À la recherche d’un espace de stockage pour les décors et costumes utilisés pour les spectacles déambulatoires, Les Fugaces s’adressent au Parc naturel.Sophie Dransart, chargée de mission culture et patrimoine les oriente sur la Mutuelle de la RATP propriétaire d’une maison de retraite à l’abandon depuis une dizaine d’années.
• 2016 : suite à une année de « travail acharné » par Le collectif de bénévoles des « Gens du lieu », le Lieu est inauguré à l'automne.
• 2017 : Embauche d'une poste d'admnitration (mutualisé entre 2 compagnies du Lieu) et de la coordinatrice du projet et d'un service civique les premiers appels à résidences sont lancés.

Moyens financiers et humains :
- DRAC (Service d'Actions Territoriales), Région IDF, Département Yvelines
- Parc Naturel Régional de la Haute-Vallée de Chevreuse
- Les communes participent financièrement (et symboliquement) au projet
- Fonds national pour l'emploi pérenne dans le spectacle (FONPEPS).
- 2 salarié.e.s à temps plein + 1 service civique ( en lien avec la mission locale-
- Intermittents du spectacle (production et régie générale)
- 3 compagnies artistiques associées – Les Fugaces, Les Armoires Pleines et Caractères
- Bénévoles
Astuces du chef : Éléments facilitateurs :
• L’ambition artistique comme moteur central
• Projet initié intuitivement par une compagnie porteuse d’un projet culturel de territoire innovant relayé par une dynamique citoyenne
• Une ambition artistique et des événements participatifs intergénérationnels fédérateurs, valorisant les pratiques amateurs
• Des actions en lycées, source de de parcours culturels et de futurs engagements pour de jeunes adultes
• Des liens affectifs forts et des histoires d’amitiés entre le Gens du Lieu, une attention et une écoute pour chacun.e
• Une construction progressive du projet Lieu, prenant en compte la diversité des attentes et compétences
• Un espace de sociabilité et de socialisation : la présence de jeunes permet d’attirer d’autres jeunes
• L’enthousiasme, des projets vécus comme des aventures

Points de vigilance :
• Des élus peu nombreux, peu (ou pas) formés, non rémunérés portant une vision plutôt classique de la culture
• Peu de perceptions de l’intérêt du Lieu pour la jeunesse de la part de ces élu.e.s plutôt âgé.e.s, nécessité de faire de la pédagogie
• Complexité d’une gouvernance très collective
Les réussites de la recette : Un des jeunes nous a dit « Ici, c’est un repaire, un pilier où je sais que je vais retrouver des gens ». L’ambiance est conviviale, voire familiale. C’est un terrain d’expérimentation, il y a un cadre mais avec des limites larges, tout est possible. Si autant de personnes sont engagées, c’est sans doute parce qu’on crée un lien très singulier et individuel avec chacun. On (s’)écoute beaucoup. Tout le monde peut trouver sa place. On essaye de donner du sens à chaque envie, de l’accueillir avec enthousiasme. »
Thématique de la recette : Citoyenneté, Mobilité, Culture Sports & Loisirs, Tiers-Lieu
Levier méthodologique utilisé : Faciliter l'accueil des jeunes adultes, Accompagner et former les jeunes, Favoriser l'implication des jeunes, Dynamiser des lieux de rencontre et d'échange, Mobiliser les élus et les habitants, Mettre en réseau et coordonner les acteurs
Fiche rédigée par : UFISC
Personne contact : Sidonie Diaz - coordinatrice
Organisation : Association L'Air Libre
Mail : lesgensdulieu@gmail.com
Téléphone : 03.00.00.00.00
Pour en savoir plus sur la recette : http://le-lieu.org/
Ville concernée : Gambais - À la croisée du Parc naturel de la Haute Vallée de Chevreuse