L’Ecole à Giter, plus qu’un projet touristique, un lieu de vie de village

lecoleagiterplusquunprojettouristique_l-ecole-a-giter.jpg
Le point de départ : Implanté à Saint François de Sales dans le massif des Bauges, une des portes d’entrées du domaine de ski nordique Savoie Grand Revard, l’Ecole à Giter est un grand gite (pouvant recevoir jusqu’à 29 personnes en gestion libre), que l’on loue soit dans sa totalité mais avec la possibilité intéressante de le diviser en plusieurs entités (5 gites de différentes tailles). Le gite est, comme son nom l’indique, implanté dans l’ancienne école du village, un bâtiment inutilisé depuis plusieurs années. C’est un gîte communal gérée par une jeune femme, Chloé Jean, qui a repris l’affaire en octobre 2020 à la suite de ses parents. Eux même à l’origine de ce beau projet en lien avec la municipalité (les parents de Chloé ont tenu l’école à giter de 2017 à septembre 2020 donc).
« J’étais en plein questionnement quant à mon avenir professionnel, je désirais changer d’activité depuis quelque temps. Mes parents ont stoppé la gestion du gîte et ce fut le bon timing pour moi pour me lancer. J’étais professeur des écoles mais diplômée en tourisme, passionnée de montagne et souhaitant mixer accueil, tourisme et éducation à l’environnement dans un véritable projet de vie et j’ai finalement quitté une école pour arriver dans une nouvelle ». Chloé a aussi repris le statut juridique de ses parents à savoir l’auto entreprise et c’est actuellement la seule personne à travailler sur l’école.
Les ustensiles : Le projet de reconversion de l’ancien groupe scolaire a été l’objet d’une véritable réflexion des élus de la commune de Saint François de Sales. Celle-ci s’est notamment tournée vers des étudiants pour capter les idées et construire une véritable ambition durable et solide. « La commune a beaucoup bossé en amont pour que ça marche tout simplement, mais plus qu’un hébergeur, l’Ecole à Giter, c’est aussi un lieu de vie recevant le repas des anciens, l’arbre de Noël des enfants de la commune, ainsi qu’une une ruche pédagogique». Ce lieu de vie, c’est un chainon essentiel à la vie du village qui s’inscrit dans un projet de territoire du grand Chambéry avec une réflexion sur le développement d’un tourisme doux et le maintien d’un poumon vert sur le massif des Bauges. C’était une volonté politique de ne pas faire un lieu touristique de plus mais un endroit vivant à l’année, capable d’assurer ou de renforcer des liens qui finalement ne demandait qu’à se retisser… à l’école du village, lieu emblématique.
Astuces du chef : « Les difficultés, il y en a évidemment, la COVID bien sûr mais, plus que la situation sanitaire, ce sont ses conséquences qui sont parfois complexes. Ainsi, gérer les reports des clients n’ayant pu venir en 2020 ou 2021 a accouché de quelques situations peu morales. On se retrouve parfois avec des annulations de dernières minutes, bref des mauvaises surprises pas évidentes surtout après cette année et demi. Certaines personnes ne se rendent pas forcément compte que, pour nous aussi, la COVID a été une épreuve. Mais ça apprend aussi à se blinder au niveau juridique, à bien borner les contrats, on apprend finalement toujours, j’espère juste que cette situation va s’apaiser car c’est vraiment difficile à vivre. D’ailleurs, pour rebondir sur l’épidémie, un autre souci est apparu, ou trouver la bonne réglementation, l’interlocuteur privilégié qui est capable de donner la bonne information au moment opportun, ça aussi ce fut une belle galère, ai-je le droit d’ouvrir ? Avec quelles règles précises… j’ai passé du temps à creuser, à fouiller les textes, mais heureusement tout repart ».
Les réussites de la recette : Des réussites, il y en a pléthores, les sourires des enfants, des personnes âgées passant des moments de joies dans le bâtiment, la joie des clients découvrant une région préservée et dynamique. « J’ai de nombreuses idées pour encore améliorer nos services, par exemple la possibilité de proposer de la demi-pension voire de la pension complète en lien avec des partenaires locaux (toujours l’importance de la notion de réseau local ou régional), je pense à des restaurateurs ou des traiteurs engagés qui pourrait préparer et livrer des plats sur l’école, ou alors proposer des tarifs privilégiés aux clients, ce sont des pistes qui m’intéressent…. Il est clair qu’assurer seule un service de cuisine préparée sur place serait juste ingérable avec la gestion du gite, et ce malgré toute ma bonne volonté ». Chloé Jean souhaite développer aussi le volet pédagogique sur la ruche et il y a aussi ce magnifique observatoire astronomique situé sur la commune que l’heureuse gérante souhaite intégrer dans ses propositions : « il y a un potentiel énorme ne serait-ce que sur la commune avec donc cet observatoire unique dans les Préalpes, la tourbière des Creusates, le ski nordique, les raquettes, l’agriculture, la gastronomie ».
Fourmillante d’idées, d’envies et de sourires, Chloé Jean a passé le cap de l’hiver 2021 et repart sur des bases positives en cette belle saison. Il y a peu, elle a reçu une formation d’accompagnateurs en montagne spécialisés dans les contes et la ruche a vu son entourage immédiat bien amélioré. Une belle réussite pour un coin de Bauges attachant.
Thématique de la recette : Education populaire, Culture Sports & Loisirs
Levier méthodologique utilisé : Accompagner et former les jeunes, Faire découvrir le territoire et les métiers, Dynamiser des lieux de rencontre et d'échange, Développer l'attractivité du territoire, Mobiliser les élus et les habitants
Fiche rédigée par : Guillaume Chassagnon
Personne contact : Chloé Jean
Organisation : L'Ecole à Giter
Mail : contact@ecoleagiter.fr
Téléphone : 06 18 15 10 49
Pour en savoir plus sur la recette : https://www.ecoleagiter.fr/
Ville concernée : Saint François de Sales