PailleMen, mieux construire avec la paille

Le point de départ : Xavier Picot, initialement dans l’imprimerie, l’édition et la publication numérique, souhaite s’extraire de ces domaines et employer son temps autrement que devant un ordinateur. Il se passionne pour les maisons passives et la construction écologique, respectueuse de l’environnement. Il entame ce gros virage professionnel à 46 ans. Il lui faut s’immerger dans la philosophie du bâtiment et du chantier, ce qu’il fera via des stages au Gabion.
Les ustensiles : 1. Méthode appliquée

Xavier s’engage bénévolement dans des chantiers participatifs, car il a tout à apprendre. Il se forme auprès du Gabion à Embrun. Il y rencontre deux autres hommes avec qui il souhaite se lancer dans la construction de maisons passives, en ossature bois et isolation paille. Ils montent chacun leur statut d’auto-entrepreneur. Ensemble, ils explorent des systèmes constructifs ingénieux et font beaucoup de maquettes. Cette recherche dure deux ans, et ouvre en 2010 à un premier chantier. Les systèmes constructifs en bois et paille ne sont validés qu’en 2013, Xavier et ses collaborateurs ne pourront être assurables qu’à partir de 2016. Ils enclenchent donc le processus pour devenir une SCOP qui aboutira en 2018.

2. Étapes clés :
- Création des statuts d’auto-entrepreneurs en 2008
- Premier chantier en 2010
- En 2013, rencontre avec Werner Schmidt, architecte suisse inspirant
- Suite à ça, Paille Men abandonne les concepts quelque peu rigides de la maison passive pour travailler différemment
- En 2015, construction d’une maison inspirée des principes de Werner Schmidt
- Passage en SCOP en 2018
- En 2021, début de montage d’une association pour réaliser des chantiers plus expérimentaux
3. Moyens financiers et humains
Ils sont 3 salariés, Xavier Picot a 60 ans, les deux autres 34 et 36 ans. Pour l’instant ils sont deux associés, le troisième va rapidement le devenir. Ils souhaitent arriver à 6 salariés à terme, afin d’être économiquement viables. Ils déplorent n’avoir jamais réussi à obtenir de subventions.
Astuces du chef : 1. Éléments facilitateurs
Les recherches minutieuses qu’ils ont faites leur ont permis d’aboutir à leur système constructif actuel : une ossature bois et de la paille enduite à l’intérieur de l’habitation, ce qui garantit une grande inertie. Ils sont toujours en quête d’innovation, de recherche de plus d’efficacité. Avec la pénurie de matériaux actuelle, ils visent ainsi plus d’économie de matière.
Xavier reconnaît qu’ils ont le marché et ne manquent pas de clientèle, ils ont donc un gros potentiel de développement.

2. Points de vigilance
Le passage en SCOP les a obligés à se soumettre à un système économique. Pour garder une certaine indépendance et une liberté d’expérimenter, ils souhaitent monter une association.
Leur grande difficulté est liée à leur petite taille : ils ont du mal à répondre à toutes les sollicitations, ce qui a été accentué par la pénurie de matériaux, qui engendre des débordements de délais. Ils investissent chacun beaucoup personnellement, au risque d’être essoufflés.
Xavier remarque qu’il y a une dissonance entre ce que les personnes sensibilisées à l’écologie leur disent et la réalité, notamment dans un milieu rural traditionnaliste. Ils ne reçoivent ainsi aucune aide et déplorent qu’un chantier qui promettait d’être un beau démonstrateur (des HLM en paille porteuse en milieu rural), ait été entravé par l’absence d’aide financière et le dénigrement de certaines personnes. Devant un manque de solidarité, ils font en sorte de se renforcer et se stabiliser en interne.
Les réussites de la recette : À l’issue de leur 36è réalisation, ils constatent que leurs clients sont très satisfaits. Xavier a beaucoup de recul, et après plus de 10 ans d’expérience, il reconnaît qu’il y a eu de très belles choses. Il ne regrette rien, sauf peut-être de ne pas avoir entamé sa reconversion plus tôt !
Actuellement, ils souhaitent aller plus loin dans l’éco-construction et seule une association complémentaire de la SCOP leur semble la solution pour un travail alternatif et expérimental.
Thématique de la recette : Logement, Intelligence collective, Lien rural / urbain
Levier méthodologique utilisé : Accompagner et former les jeunes, Favoriser l'implication des jeunes, Faire découvrir le territoire et les métiers, Développer l'attractivité du territoire
Fiche rédigée par : CIPRA France
Personne contact : Xavier Picot
Organisation : PailleMen
Mail : paillemen@gmail.com
Téléphone : 06 22 87 94 54
Pour en savoir plus sur la recette : https://paillemen.fr/
Ville concernée : Gap et alentours